Stèles

De Patrimoine-Saint-Herblain

Stèle des Bourderies

Monique GUYON, 12 ans (née le 23 juin 1931) et Yvette GUYON, 8 ans (née le 21 janvier 1935) sont décédées le 16 septembre

En mémoire des deux filles du garde-barrière, une stèle a été édifiée le long de la voie de chemin de fer, au lieu-dit « Les Bourderies ». Elle est à l’état d’abandon et désormais inaccessible.

1943 suite aux bombardements américains sur NANTES et ses alentours.

Stèle du parvis de l'hôtel de ville

Liste des 7 fusillés

NIESCIEREWITCZ Jean : décédé le 10 juillet 1944 à l'âge de 45 ans (né le 22 février 1899 à WIELKA - RUSSIE), domicilié à COUERON

MARTINEZ Florencio : cisailleur célibataire décédé le 18 juillet 1944 (0h05) à l'âge de 38 ans (né le 24 janvier 1906 à BILBAO - ESPAGNE), domicilié à COUERON

ALBAN André : célibataire décédé le 29 juillet 1944 (23h30) à l'âge de 19 ans (né le 13 mai 1925 à BOURBON-LANCY en Saône et Loire), domicilié à PARIS

DESBROSSES Jean-Marie : manoeuvre célibataire décédé le 29 juillet 1944 (23h30) à l'âge de 21 ans (né le 16 juillet 1923 à GUEUGNON en Saône et Loire), domicilié à GUEUGNON

DOLIK Constantin : célibataire décédé le 29 juillet 1944 (23h30) à l'âge de 21 ans (né le 10 février 1923 à BUSELKOW - POLOGNE), domicilé à SAINT-FORGEOT en Saône et Loire

KURON Georges: célibataire décédé le 29 juillet 1944 (23h30) à l'âge de 21 ans (né le 27 novembre 1923 à WIELKIE - Haute Sibérie - POLOGNE), domicilé à GUEUGNON en Saône et Loire

PREVOST Raymond : célibataire décédé le 29 juillet 1944 (23h30) à l'âge de 22 ans (né le 19 juin 1922 à VILLEMOMBLE - Seine), domicilié à VILLEMOMBLE

Ils étaient ouvriers réfractaires à la loi sur le travail obligatoire et venus du CROISIC pour chercher du travail dans la région nantaise. Ils ont été fusillés devant l'hôtel de ville (au Patronage) le 29 juillet 1944 à 23h30, après avoir été torturés dans le sous-sol par l’occupant allemand.

Les témoignages d’époque divergent sur l’identité de celui ou de celle qui les a dénoncés.

(Source : Saint-Herblain, 1000 ans d’histoire / chapitre 12 – « pour une marmite de pommes de terre : la torture et la mort…»)

Stèle du maquis de Saffré

Le maquis de Saffré comprend environ 310 hommes

La constitution du maquis de Saffré

06 juin 1944 : débarquement allié en Normandie. Radio-Londres diffuse le message « le canal de Suez est en feu ». C’est le signal attendu, l’ordre de mobilisation des maquis.

Nuit du 16 au 17 juin 1944 : regroupement d’une centaine d’hommes dans la forêt de Saffré en vue d’un parachutage destiné à armer la résistance locale. Les hommes sont chargés d’aménager le terrain dit « des Gouvalous » et de s’exercer au maniement des armes (en nombre très insuffisant) et au « close-combat ».

18 juin 1944 : attaque du maquis de Saint-Marcel (Morbihan) par les Allemands : 30 Français tués, 60 blessés, 15 prisonniers, 300 à 500 Allemands tués

22 juin 1944 : le groupe de Teillay est attaqué par les Allemands. Décision est prise de regrouper les hommes dans la forêt de Saffré.

L'attaque du maquis de Saffré

28 juin 1944, vers 5 heures du matin, plus de 2 000 Allemands et miliciens, équipés d’armes automatiques et de canons légers, tentent d’encercler la forêt de Saffré mais n’y parviennent pas. 4 maquisards sont morts au combat et 9 retenus prisonniers.

Liste des 68 victimes du maquis de Saffré en Loire-Atlantique

27 fusillés à la Bouvardière le 29 juin 1944

BABONNEAU Joseph BIVAUD Joseph COLARD Joseph CORGNET Lucien, chef de section DURAND Georges (originaire de St-Aubin des Châteaux) GABARET Alcide GARCON Jean GICQUEAU Armand GOUGEON Jean HOLLNER René HOUGUET Marcel JOUNEAU Henri LANEN Robert LAURENT Georges, chef de section (23 ans, originaire de ROUGÉ) LEFRANC Pierre LEHO Louis MACAULT Henri MOREAU Henri PATY Jean PICARD Charles POUTY Jean RAGOT André RICHARD Henri RETIERE Joseph RIGOLET Jean (originaire de Nozay) TEMPLE Alexandre (originaire de la Mailleraye) TIGER Paul

2 fusillés à la prison Lafayette le 13 juillet1944

LEGENDRE Marcel TEMPLE Jean (originaire de la Meilleraye)

+ 13 tués au combat le 28 juin 1944 + 4 tués au combat de SION-LES-MINES le 11 juillet 1944 + 1 tué au combat de TEILLE le 04 aôut 1944 + 1 tué au combat de PLESSE-LAUDRON le 06 octobre 1944 + 18 morts en déportation + 1 mort suite de maladie contractée au maquis