Villages et hameaux ruraux

De Patrimoine-Saint-Herblain
Paysage de bocage et de vallées près de la Bernerie à Saint-Herblain (photo CAUE de Loire-Atlantique).

Malgré les bouleversements urbains connus par le territoire de Saint-Herblain au cours du XXe siècle, la commune reste régulièrement parsemée d’implantations rurales, groupées ou isolées, qui permettent de lire ses anciennes activités agricoles.

L’Ouest de la départementale 75 et le Nord de la départementale 201 ont conservé un paysage rural de bocage, et présentent un maillage de hameaux et de villages, de fermes isolées, de maisons de propriétaires terriens (maisons nobles d’Ancien Régime comme l’Aisnerie, la Gournerie, la Bégraisière ou l’Essongère, ou implantations du XIXe siècle comme à Bagatelle). Sur le reste du territoire communal, certaines implantations rurales anciennes ont disparu au cours du XXe siècle. D’autres se trouvent englobées dans des secteurs aujourd’hui urbanisés ou en voie de l’être, comme à la Solvardière ou aux Hauts Moulins.

La ferme du Landreau (photo CAUE de Loire-Atlantique).

Les villages et hameaux de Saint-Herblain réunissaient une ou plusieurs fermes, leurs dépendances, et des petites borderies ou logements modestes. Ces organisations étaient liées aux activités d’une population regroupée par la nécessaire organisation collective des travaux. Les bâtiments étaient donc édifiés autour d’espaces communs.

Les plans cadastraux anciens, et parfois l’observation du terrain, permettent de lire l’organisation originelle de ces groupements : - en organisation linéaire le long d’une voie de communication, comme à la Hachère, à la Coutelière, aux Closeaux, à la Morlière, - autour d’un espace central, un « commun » souvent muni d’un équipement collectif, puits, mare, hangar ou four à pain, comme à la Syonnière, à la Solvardière, au Moulin Hérel ou à la Basse Orévière, - autour ou à proximité d’un manoir, d’un château, d’une maison de propriétaire terrien, comme à la Turbannière, à la Hérissière, aux Bas Moulins près de la Garotterie, et peut-être aux Hauts Moulins, où une ancienne ferme présente des détails architecturaux dignes d’une maison noble.

Maison rurale à la Syonnière (photo CAUE de Loire-Atlantique).
Le village de la Hérissière (photo CAUE de Loire-Atlantique).